Face à un conflit qui se normalise sur le territoire ukrainien, la Russie continue de subir les sanctions internationales plus ou moins symboliques à l’égard de son économie. Et si tous les regards se tournent vers le pétrole et le gaz, une autre matière première devrait avoir voix au chapitre : l’or.


L’établissement financier Sber, propriété de la banque centrale de Russie, vient de lancer un nouvel actif numérique adossé au métal jaune. Le but de l’opération est d’intéresser de nouveaux investisseurs pas encore convaincus par l’or grâce à l’émission de 150 000 titres disponibles jusqu’au 30 Juillet 2023. Selon le site Journal du Coin qui relaie l’information, ce produit financier serait “un droit monétaire certifié sur l’or, dont le prix et le volume dépendrait du cours de l’or”.

Un produit financier pas si nouveau

Contrairement aux dires du vice-président du conseil exécutif de Sberbank, ce “nouvel instrument” qui consiste à tokéniser le métal précieux n’est pas si nouveau que cela. En effet, c’est la base du système VeraCash dont les jalons ont été posés fin 2012.

A l’époque, la volonté était de démocratiser l’accès à l’or en proposant un service d’investissement et de liquidité immédiate de l’actif à travers la mise à disposition d’une carte de paiement. Le métal proposé, bien tangible, conservé dans des coffres de haute sécurité était et reste encore aujourd’hui tokenisé, proposé à l’achat sous forme de fragments composés de lingots ou de pièces d’investissement et dont la propriété est cédée au client.

Un pas de plus vers la dédollarisation

Revenons au sujet. Il faut voir dans cette opération une nouvelle étape dans la volonté de la réserve fédérale russe de s’éloigner d’un système financier dépendant du Dollar. Une décision également plus ou moins contrainte puisqu’à l’heure actuelle, la moitié des réserves de change du pays sont bloquées par les décisions de la communauté internationale.

En proposant de l’or aux investisseurs russes, c’est la garantie pour Moscou d’insuffler une dynamique de marché interne alors que l’indice national boursier a vu ses cours chuter et – malgré quelques sursauts – peinent à se refaire une santé.

Des stocks d’or russes au plus haut

Ce n’est un secret pour personne que l’or est une passion russe. Pour preuve, quelques 2200 tonnes sont stockés bien au chaud dans les coffres de la banque centrale du pays et l’ex territoire soviétique produit plus de 350 tonnes chaque année – majoritairement destinés à l’exportation.

Sauf que la sanction de l’embargo sur le métal jaune est passée par là et qu’il est bien difficile de liquider l’intégralité de ce magot, même aux nouveaux partenaires de Vladimir Poutine. Comme le rapporte Courrier International, les orpailleurs russes ont fait appel à l’Etat pour pallier à cette “situation critique” qui pourrait mettre en péril une économie majeure dans le pays et notamment en Sibérie.

Faut-il voir à travers l’initiative de Sber, propriété de la banque centrale russe, un signe de l’intervention du chef du Kremlin ? L’histoire nous le dira.


Mathieu Devaux-Sabarros

Brand Content Manager chez VeraCash®.
Curieux de tout et en particulier d'Économie, de ses transformations et de l'impact qu'elle a sur nos sociétés.
Toutes les questions méritent une réponse, avec recul et pédagogie

%d blogueurs aiment cette page :